Traitement du dermatochalasis à Paris 5 au Centre ophtalmologique COSS

Dermatochalasis

Le dermatochalasis correspond à un excès cutané au-dessus des paupières supérieures pouvant entraîner un aspect inesthétique et / ou de lourdeur palpébrale mais aussi parfois des conséquences fonctionnelles invalidantes.

Qu’est-ce que le dermatochalasis ?

Le dermatochalasis représente un surplus cutané qui peut apparaître avec l’âge au-dessus des paupières supérieures par relâchement du tissu de soutien. Il est souvent associé à une protrusion ou un prolapsus de la graisse orbitaire (« boule de graisse »). Celui-ci peut entraîner un désordre esthétique avec aspect de paupière tombante. En cas de dermatochalasis évolué, il peut conduire également à une sensation de lourdeur autour des paupières, de douleurs de l’arcade sourcilière, à la présence de cils dans l’axe visuel, jusqu’à la réduction du champ visuel supérieur.

Qui est concerné ?

Le dermatochalasis est une pathologie qui apparait avec l’âge et tout le monde peut être concerné par ce relâchement des tissus. Le dermatochalasis est plus fréquemment retrouvé chez les personnes âgées mais peut également survenir chez des patients d’âge moyen, particulièrement s’il existe une prédisposition familiale.

Les examens pour détecter le dermatochalasis

Le dermatochalasis est un diagnostic clinique qui est aisément fait au cours d’une consultation ophtalmologique. Le médecin chirurgien diagnostique un dermatochalasis par la visualisation d’un excès de peau au-dessus de la paupière supérieure. Le pli de la paupière supérieure apparaît en règle plus bas que la normale ou peut même être invisible. Le repli cutané entraîne un aspect de paupière « pleine » dû à la position du sourcil. L’excès cutané est évalué en position statique et dynamique. Le praticien évaluera jusqu’où il se prolonge en latéral. Le médecin est amené à pincer l’excédent de peau entre le pouce et l’index, ce qui permet d’évaluer la quantité de peau à retirer sans entraîner de difficulté à fermer la paupière ni d’aggravation de la ptôse sourcilière. L’ophtalmologiste prêtera également aussi attention à la position de vos sourcils afin de dépister une ptôse sourcilière associée, au cadre orbitaire osseux, au degré du prolapsus de la graisse orbitaire…

Devant un dermatochalasis important, un champ visuel peut être réalisé afin d’estimer le degré d’amputation du champ de vision supérieur.

Le dermatochalasis est à différencier du blépharochalasis qui correspond lui à un syndrome caractérisé par des épisodes idiopathiques répétés d’œdème inflammatoire des paupières. En cas de blépharochalasis, la conséquence de ces poussées inflammatoires avec œdème est que la peau devient fine et festonnée, simulant un dermatochalasis, mais dont le traitement chirurgical peut être plus compliqué.

Les traitements du dermatochalasis

La prise en charge thérapeutique d’un dermatochalasis passe par la chirurgie palpébrale. Le dermatochalasis peut être corrigé par une résection chirurgicale myocutanée (de la peau et du muscle orbiculaire sous-jacent) dans le pli palpébral supérieur. L’intervention est réalisée sous anesthésie locale potentialisée par une sédation, en chirurgie ambulatoire à la clinique. La blépharoplastie de la paupière supérieure est l’une des procédures chirurgicales fonctionnelles et esthétiques les plus réalisées. En cas de dermatochalasis modéré, n’entraînant pas d’amputation du champ visuel supérieur de plus de 30°, la chirurgie rentre dans le cadre de la chirurgie esthétique et correspond à la blépharoplastie supérieure. A l’inverse, en cas de dermatochalasis avancé avec ptôse de la paupière et réduction du champ visuel, la chirurgie rentre dans le cadre de chirurgie fonctionnelle et a pour principal objectif la libération de l’obstruction du champ de vision supérieur.

C’est pour cela que des photographies de votre visage seront systématiquement réalisées en préopératoires, plus ou moins associées à la réalisation d’un champ visuel. Un temps préopératoire sera consacré à une discussion détaillée sur les résultats attendus.

Les AUTRES pathologies des paupières et des voies lacrymales

Cette page vous a plu ?

Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles

1 vote(s)

Moyenne : 1,00 sur 5

Loading...

Commentaire

Laissez un commentaire et le COSS vous répondra au plus vite

A-
A+