L’occlusion veineuse rétinienne - Centre ophtalmologique COSS Paris 5

Occlusion veineuse rétinienne

L’occlusion veineuse rétinienne désigne un trouble circulatoire brutal au niveau d’une veine du fond d’œil. Il peut s’agir de la veine centrale de la rétine ou d’une de ses branches. Le plus souvent, elle est associée à une baisse de la vision par oedeme intra rétinien dans la zone maculaire. Non traitée, elle peut être source de la perte fonctionnelle de l’œil.

Qu’est ce qu’une occlusion veineuse rétinienne ?

C’est un ralentissement circulatoire du sang dans la totalité ou une partie des veines de la rétine. Elle se manifeste par une baisse de vision plus ou moins importante et relativement brutale. L’œil est le plus souvent blanc et indolore. L’atteinte est classiquement unilatérale. L’évolution de cette pathologie est souvent imprévisible. Si certains patients ont une résolution spontanément favorable (le pronostic est alors meilleur), d’autres nécessitent une surveillance régulière et prolongée avec un pronostic plus contrasté.

Qui est concerné ?

Les sujets de plus de 60 ans sont généralement concernés, mais il arrive que des personnes plus jeunes, notamment lorsqu’il existe des facteurs favorisants, soient concernées.

L’incidence est de 1/1000-10 000 hab. /an, soit plus fréquente qu’un décollement de rétine.

Les causes les plus fréquentes retrouvées sont les facteurs de risque cardiovasculaire (l’hypertension artérielle, les dyslipidémies, le diabète, le tabac, les antécédents cardiovasculaires, l’obésité). L’hypertension oculaire ou le glaucome (cf glaucome) peuvent être associés aux occlusions de veine centrale de la rétine (OVCR). Enfin l’apnée du sommeil peut être un facteur déclenchant ou aggravant qu’il conviendra de rechercher.

Les examens pour détecter l’occlusion veineuse rétinienne

L’examen du fond d’œil (par rétinographie et examen au bio microscope) permet de faire aisément le diagnostic. Les veines apparaissent dilatées, tortueuses, de nombreuses hémorragies sont visibles dans la rétine (superficielles et/ou profondes) ainsi qu’un œdeme papillaire. Parfois, des taches blanches (nodules cotonneux) peuvent y être associés, signant le caractère ischémique de la forme clinique. Selon la localisation des ces éléments sur le fond d’œil, on distingue les occlusions de la veine centrale de la rétine (OVCR), ou les occlusions d’une branche de la veine centrale de la rétine (OBVR) souvent moins sévère. Il existe parfois un épaississement central de la rétine associé (œdeme maculaire) qui fait baisser la vision. Ce dernier est détecté par l’OCT qui est un examen qui fait référence dans le diagnostic et le suivi de cette pathologie.

De plus une angiographie à la fluorescéine est le plus souvent réalisée pour confirmer le diagnostic et permettre d’évaluer la circulation vasculaire ainsi que la perfusion rétinienne. Cette dernière conditionne le pronostic et les modalités de traitement de ces occlusions de veine rétinienne.

Les traitements de l’occlusion veineuse rétinienne

Selon le degré de ralentissement et l’étendue du territoire rétinien concerné, l’occlusion veineuse rétinienne sera traitée selon plusieurs modalités.
Une surveillance initiale peut être envisagée en cas de conservation d’une bonne acuité visuelle et d’une bonne perfusion rétinienne en angiographie à la fluorescéine.

Un traitement par laser Argon rétinien sera réalisé en cas de mauvaise perfusion rétinienne afin de diminuer le risque des complications sévères de ces formes ischémique (il n’a alors pas d’effet sur la vision), ou dans les formes d’œdeme chronique avec remaniement vasculaire dans l’aire maculaire. Un traitement par injections intravitréennes, peut débuter dès lors qu’une baisse de vision significative est notée. Ces traitements peuvent être des anti VEGFs ou des corticoïdes retard.

Enfin la combinaison de ces deux traitements est possible.

Dans tous les cas, il faudra rechercher des facteurs favorisants associés, comme le glaucome, les facteurs de risque cardiovasculaires, ou chez le sujet plus jeune, des maladies favorisant les troubles de la coagulation.

Cette page vous a plu ?

Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles

1 vote(s)

Moyenne : 5,00 sur 5

Loading...

Commentaire

Laissez un commentaire et le COSS vous répondra au plus vite

A-
A+