Décollement de la rétine

Le décollement de la rétine est une pathologie rare mais grave et potentiellement cécitante qui correspond à une poche de liquide sous la rétine.

Les indications de la chirurgie du décollement de la rétine

Le traitement de la rétine décollée est seulement chirurgical. Tout décollement de rétine dit rhegmatogène (suite à une déchirure de la rétine, le plus fréquent) doit être opéré rapidement (dans les 72 heures).

Le bilan pré opératoire

Le bilan préopératoire d’un décollement de la rétine dit « rhegmatogène » , c’est à dire lié à une déchirure rétinienne, et non pas à une autre pathologie sous jacente de l’oeil, est uniquement clinique. A l’examen du fond d’œil, l’ophtalmologiste perçoit la rétine décollée “flottant” au sein de la cavité vitréenne, avec du liquide visible sous la rétine. Parfois, un OCT peut être réalisé afin d’évaluer l’état de la macula (décollée ou non). En cas de doute sur la nature rhegmatogène, si une déchirure évidente n’est pas visualisée, une échographie oculaire peut être demandée en vue d’éliminer une cause de décollement de la rétine secondaire.

Déroulement de l’intervention

L’intervention est réalisée sur le patient, installé sur le dos, au bloc opératoire, sous microscope. L’anesthésie peut être locorégionale ou générale moins fréquemment. La chirurgie consiste à réappliquer la rétine décollée. Pour cela il existe 2 techniques chirurgicales différentes :

  • Vitrectomie (technique la plus fréquente) : Ablation du corps vitré responsable de la traction rétinienne, cicatrisation des bords de la ou des déchirures par application de froid ou de laser, remplacement du corps vitré par du gaz ou de l’huile de silicone afin de tamponner la rétine à la paroi de l’œil le temps de la cicatrisation.
  • Cryoindentation (moins utilisée à l’heure actuelle, mais toujours d’actualité pour certains types de décollement) : Fermeture de la ou des déchirures en suturant un matériel synthétique sur la paroi externe de l’œil (indentation), ponction du liquide sous-rétinien et cicatrisation des bords de la déchirure par application de froid (cryo-application). Dans certains cas, une injection de gaz dans la cavité de l’œil peut être utilisée pour fermer la ou des déchirures.

Le séjour à la clinique

La chirurgie se déroule à la clinique, en ambulatoire, c’est à dire sur une demi-journée (retour à domicile le soir de l’opération). Vous devez être accompagné lors de votre sortie et la nuit qui suit l’opération. Dans de très rares cas, une nuit d’hospitalisation pourra s’avérer nécessaire.

Les suites de l’intervention

Une coque protectrice et un pansement seront placés sur l’œil opéré. Vous pourrez enlever le pansement dès le lendemain de l’intervention. Les suites opératoires ne sont, en règle générale, pas douloureuses si la technique utilisée est la vitrectomie. Les symptômes les plus souvent ressentis dans les jours qui suivent sont des picotements oculaires qui ne doivent pas inquiéter. En cas de cryoindentation, les suites opératoires seront plus douloureuses durant quelques jours, avec gonflement marqué des paupières. Les soins postopératoires consistent à l’instillation de gouttes, à l’application d’une pommade, au port d’une protection oculaire et à la prise de comprimés parfois complémentaires pendant quelques jours.

L’œil peut être un peu gonflé et rouge, mais à partir du moment où il n’y a pas de douleur, et que l’œil voit (même de façon floue) il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

Le gaz se résorbe spontanément et progressivement au cours des premières semaines qui suivent l’opération. Les voyages en avion ou à la montagne (à plus de 800-1000 m d’altitude) sont contre-indiqués en présence de gaz intraoculaire. En cas d’anesthésie générale pour un autre motif, la présence de gaz intraoculaire doit être signalée à l’anesthésiste. Une intervention chirurgicale ultérieure est nécessaire pour enlever l’huile de silicone si elle a été utilisée préalablement. Il est possible de prendre l’avion ou d’aller en altitude avec l’huile de silicone. Cependant, cette dernière devra être enlevée lors d’une seconde intervention.

Dans la majorité des cas (85%), la rétine se recolle après une seule intervention. La récupération de la vision dépend de l’état de la rétine avant l’intervention, et ne peut être jugée avant plusieurs mois. La présence d’autres lésions de l’œil peut la limiter. Des récidives du décollement sont possibles (15% des cas). Dans ces cas, il est nécessaire d’envisager une ou plusieurs opérations complémentaires. Un traitement complémentaire par photocoagulation au laser peut être appliqué après l’opération.

Feuille d’information SFO – Opération du décollement de la rétine

AUTRES chirurgies de la rétine

Cette page vous a plu ?

Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles

2 vote(s)

Moyenne : 5,00 sur 5

Loading...

Commentaire

Laissez un commentaire et le COSS vous répondra au plus vite

A-
A+